Publicité

INFORMATIONS ET MISES À JOUR


Apprendre l'espagnol

Salut, la deuxième langue à laquelle j'applique la méthode en prime est désormais en ligne. Préparez-vous à apprendre l'espagnol.

30 avril, 2016



Apprendre l'anglais

Bonjour à tous. Voulez-vous parler comme un Américain?

Dans cette nouvelle section, j'applique la méthode à l'anglais, ou plus précisément, au General American.

22 janvier, 2016



Perdre son accent

Salut, je viens tout juste d'ajouter une section montrant comment perdre son accent.

Elle inclut de l'information sur l'articulation des consonnes ainsi que des techniques montrant comment prononcer les voyelles.

17 janvier, 2016

Perdre son accent - Approche phonétique facile

image perdre son accent

Dans cette section, je vous apprendrai comment vous pouvez perdre votre accent. En d'autres termes, après avoir lu cette page, vous serez capable d'apprendre comment prononcer correctement n'importe quel son dans n'importe quelle langue seul.

Afin de faire cela, nous aurons un bref aperçu de la phonétique et comment elle s'applique à la prononciation. Ensuite, l'alphabet phonétique international (API) sera présenté. Il sera notre outil principal pour apprendre les sons des langues.

Par la suite, en utilisant l'API, nous examinerons les sons des langues. Nous commencerons par les voyelles. Au cours de cette partie, je vous apprendrai quelques techniques vous permettant d'apprendre comment prononcer ces voyelles qui vous posent problème.

Après cela, nous verrons les consonnes. Je vous apprendrai les principaux lieux et modes d'articulation afin que vous deveniez capable de les prononcer.

Finalement, je donnerai une courte explication sur la façon de lire et d'écrire les autres caractères de l'API, qui sont importants de connaître puisqu'ils ajoutent des caractéristiques aux sons des langues telles que l'accent tonique, le ton et la durée.

La phonétique

La phonétique porte sur les sons de la langue.

Plusieurs sons de la langue différents sont produits par notre appareil phonatoire (l'appareil phonatoire comprend la bouche, la gorge et les poumons).

Ces sons sont des consonnes, des voyelles et des tons, entre autres.

Ceux-ci peuvent être manipulés de plusieurs façons afin de produire ce qu'on appelle un énoncé de la langue qui peut être tant un mot isolé qu'une phrase complète.

Sur cette page, nous verrons principalement les maintes façons possibles dont nous pouvons utiliser notre appareil phonatoire pour produire diverses voyelles et consonnes et à quels caractères ces voyelles et consonnes appartiennent dans l'alphabet phonétique international.

Afin de bien comprendre le contenu de cette section sur la phonétique, je vous avise d'être familiarisé avec le parler parisien (norme "standard" souvent utilisée dans les médias en France).

La raison de cela: afin d'expliquer l'alphabet phonétique international et comment lire une transcription, je devrai faire référence à des mots d'une langue quelconque.

Et puisque cette version du site Web est en français, il est supposé que vous comprenez le français et le parler parisien est l'une des variétés du français les plus répandues.

L'API

L'alphabet phonétique international est un alphabet universel qui s'applique à la plupart, si ce n'est la totalité des langues.

Sa fonction est de représenter, à l'aide de caractères, les sons des langues aussi précisément que possible.

Nous parlerons des voyelles, des consonnes ainsi que des autres caractères qui sont utilisés fréquemment dans les transcriptions phonétiques.

Vous trouverez ci-dessous une fiche (que j'appellerai Figure 1, tout au long de cette page) qui affiche plusieurs de ces voyelles, consonnes et autres caractères. Bien qu'elle soit en anglais, j'en expliquerai les parties importantes en français au cours de cette page.

Jetez-y un bref coup d'oeil:

Figure 1. API (Alphabet phonétique international) consonnes, articulations, voyelles, accents, tons (en anglais)

API (Alphabet phonétique international) consonnes, articulations, voyelles, accents, tons (en anglais)
Cliquez ici pour agrandir l'image

(source: http://www.smashingmagazine.com/2010/06/22/the-beauty-of-typography-writing-systems-and-calligraphy-part-2/)

Comme vous pouvez le constater, il y a plusieurs lettres provenant des alphabets latins et grecs, certaines plus petites que d'autres mais il y a aussi d'autres caractères comme des lignes droites et ondulées (verticales et horizontales) et des points.

Tous ces caractères peuvent être utilisés pour écrire les transcriptions phonétiques.

Cela dit, toutefois, certains d'entre eux doivent être fréquemment utilisés dans les transcriptions de base puisqu'ils représentent les caractéristiques telles que l'accent tonique, la durée des voyelles, le ton et l'intonation, qui peuvent être très importants dans certaines langues.

Comment prononcer les voyelles

Commençons par les voyelles. Pour ce faire, regardez l'image ci-dessous, qui est un diagramme complet et actualisé des voyelles de l'API:

Triangle vocalique complet de l'API

Pourquoi devriez-vous vous soucier de ce diagramme de voyelles?

Eh bien, parce que la plupart des langues du monde contiennent ces voyelles. Donc, si vous apprenez une langue ou vous essayez simplement de prononcer les sons de cette langue correctement, il est probable que ces voyelles dont vous avez de la difficulté à maîtriser se retrouvent sur ce diagramme.

Alors, voici une autre question que vous pourriez vous poser:

Comment savoir quelles voyelles sur ce diagramme sont pertinentes pour votre apprentissage?

Il est compréhensible que vous puissiez vouloir vous concentrer sur seulement les voyelles présentent dans la langue cible. Plus tard, j'expliquerai comment vous pouvez trouver des transcriptions phonétiques dans la langue cible afin que vous puissiez vous concentrer seulement sur ses voyelles.

Cependant, afin d'être capable de prononcer correctement ces voyelles, il vaut mieux de procéder de façon méthodique. Sous peu, je commencerai à expliquer certaines techniques vous permettant de prononcer n'importe quelle voyelle sur ce diagramme, mais avant de faire cela, vous devez vous familiariser avec ces concepts: le degré d'aperture et le lieu d'articulation.

Après avoir lu cette section sur les voyelles, vous saurez comment trouver ces voyelles qui vous sont pertinentes et en regardant le diagramme et and utilisant les techniques que je m'apprête à expliquer, vous serez capable d'apprendre comment les prononcer par vous-même.

Effectuer une prise de conscience du degré d'aperture et du lieu d'articulation

Comme vous pouvez le voir sur ce diagramme, les voyelles sont classifiées selon leur degré d'aperture(de Fermées à Ouvertes) et selon leur lieu d'articulation (de Antérieures à Postérieures).

Afin que nous puissions apprendre à quel son vocalique chaque caractère de ce diagramme correspond, nous effectuerons une prise de conscience de ce que représente le degré d'aperture et nous ferons de même pour le lieu d'articulation.

Pour d'effectuer cette prise de conscience, nous dresserons une liste des différents sons vocaliques couvrant un large éventail de degrés d'aperture. Nous ferons cela en trouvant des mots du parler parisien qui contiennent ces sons vocaliques.

Ensuite, puisque tous les degrés d'aperture ne se trouvent pas dans le parler parisien, nous extrapolerons grâce à des techniques que je vous montrerai. Ces techniques nous permettront de découvrir les sons vocaliques manquants de sorte à être capable de prononcer n'importe quel son vocalique dans n'importe quelle langue.

Nous procèderons d'une manière similaire pour prendre conscience de ce qu'est le lieu articulation.

Le degré d’aperture des voyelles

Premièrement, familiarisons-nous avec ce qu'est le degré d’aperture des voyelles.

Commençons par le [i] dans le coin supérieur gauche du triangle vocalique (cliquez ICI pour le voir) et progressons vers le bas. Nous sauterons quelques voyelles par souci de simplicité.

Plus nous allons vers le bas, plus les voyelles deviennent ouvertes, tel qu'indiqué sur le triangle vocalique.

Le [i] est le son vocalique retrouvé dans des mots comme petite et vie.

Le second, [e], se retrouve dans des mots comme épée et parler.

Ensuite, il y a le son [ɛ] retrouvé dans terre et veste.

Le son suivant, [æ], n'est pas présent dans le parler parisien à ma connaissance. Je vous montrerai comment vous pouvez apprendre à le prononcer grâce à une technique plus tard sur cette page.

Finalement, il y a le [a], qu'on peut entendre dans la prononciation de mots tels que arbre et lapin.

Maintenant, prononçons seulement la voyelle (en caractères gras) dans chaque mot ci-dessous, l'une après l'autre, et soyez très attentifs à la sensation d'ouverture qui aura lieu dans votre bouche lorsque vous progresserez vers le bas dans la liste:


vie
[i]

épée
[e]

terre
[ɛ]

arbre
[a]


À côté de chaque mot, j'ai mis une transcription phonétique de la voyelle que vous prononcez.

Les voyelles que vous prononcez devraient ressembler au son du clip audio à côté de chaque transcription.

Lisez les voyelles à plusieurs reprises, du haut vers le bas, afin de vous familiariser avec la sensation de votre bouche qui s'ouvre progressivement lorsque vous passer d'une voyelle à l'autre.

Maintenant, regardez le triangle vocalique de nouveau et vous remarquerez que le son [æ], qui n'existe pas dans le parler parisien, se trouve sur la même ligne que les autres voyelles sur la liste que nous venons de faire.

Et si on voulait découvrir comment prononcer le [æ] ou même tout autre voyelle du triangle vocalique?

Heureusement, il y a une technique qui nous permet de faire cela.

Technique pour découvrir comment prononcer n'importe quelle voyelle du triangle vocalique

En regardant le triangle vocalique, vous pouvez voir que le son [æ] est situé entre [ɛ] (comme dans le mot terre) et [a] (comme dans le mot arbre):

Entre ɛ et a

Maintenant, puisque nous avons affaire au degré d'aperture des voyelles, nous savons que lorsque nous passons du [ɛ] au [a], notre bouche s'ouvre. Le son [æ] se trouve à mi-chemin entre les deux.

Donc, si on veut le produire, nous devons trouver une façon d'ouvrir la bouche de moitié en passant de [ɛ] à [a].

Pour ce faire, prononcez la voyelle dans le mot terre ([ɛ]) et, par la suite, sans interrompre le débit d'air, prononcez la voyelle dans le mot arbre ([a]) et tentez de vous arrêter à mi-chemin entre les deux voyelles.

Ci-dessous se trouve un court clip audio que j'ai produit vous montrant comment trouver ce son [æ], qui nous échappe. Remarquez que je prononce le [ɛ] et le [a] à quelques reprises pour bien sentir la mesure dans laquelle ma bouche s'ouvre lorsque je passe d'une voyelle à l'autre. Par la suite, j'essaie de l'ouvrir de moitié et à la fin je parviens à produire le son [æ]:

Au début, nous ne pourrons pas faire un emploi étendu de cette technique puisque notre connaissance des voyelles sera limitée (supposons) à celles du parler parisien.

Cependant, au fur et à mesure que nous développerons nos sens dans notre bouche et que nous apprendrons d'autres voyelles, cette technique pourra être utilisée pour trouver comment prononcer presque n'importe quelle voyelle.

J'ai dit « presque n'importe quelle voyelle » puisqu'il y a des voyelles dans les langues qui ont des caractéristiques spéciales qui ne sont pas représentées dans le triangle vocalique ici, telles que la nasalité et la rhoticité, qui peuvent être importantes.

Les caractéristiques de ces voyelles sont représentées par d'autres caractères que l'on peut voir sur la Figure 1 sous la rubrique diacritics. Il y a une brève description de ceux-ci dans la dernière section de cette page.

Les voyelles arrondies

Avant de passer à l'apprentissage de ce qu'est le lieu d'articulation des voyelles, on apprendra rapidement comment prononcer les sons vocaliques situés dans la partie droite de chaque paire du triangle: les voyelles arrondies. Les voici:

Triangle vocalique des voyelles arrondies de l'API

Nous venons d'apprendre à quels sons vocaliques les caractères [i], [e], [ɛ] et [a] réfèrent. Maintenant, nous prononcerons les voyelles arrondies correspondantes.

En tant que francophones, il sera plutôt facile de les produire, puisque tous (ou presque tous) les dialectes du français ont au moins une voyelle arrondie antérieure.

Tout ce que vous avez à faire pour les prononcer, c'est de prononcer les mêmes voyelles que nous venons de prononcer dans la liste mais au lieu de les prononcer telles quelles sont, arrondissez vos lèvres (ne faites aucun autre ajustement) comme vous le faites pour faire le son u dans le mot but. Voici le résultat:


[i]→[y]
🔊

[e]→[ø]
🔊

[ɛ]→[œ]
🔊

[a]→[ɶ]
🔊


Ainsi, en arrondissant les lèvres pour les sons [i], [e], [ɛ] et [a], vous prononcez en réalité les voyelles [y] (comme dans lune), [ø], [œ] (comme dans peur) et [ɶ].

Vous pouvez utiliser cette technique pour prononcer n'importe quelle voyelle arrondie, en commençant par prononcer son équivalent non arrondi et ensuite arrondir les lèvres, comme il est montré dans les clips audio ci-dessus.

Le lieu d'articulation

Bon, maintenant nous passons au lieu d'articulation des voyelles.

Nous procéderons quelque peu différemment pour ces voyelles puisque l'éventail contient peu de voyelles, comme vous pouvez le constater sur le triangle vocalique.

Également, puisque les principes sont les mêmes que pour le degré d’aperture des voyelles, je n'entrerai pas tellement dans les détails.

Ci-dessous il y a trois paires de mots et à côté de chacune d'elles, j'ai inscrit la transcription du son vocalique que chaque mot possède, respectivement:

De nouveau, lisez seulement le son vocalique de chaque mot, en caractères gras, une paire à la fois:


jus, vous
[y] (antérieure), [u] (postérieure)

feu, faux
[ø] (antérieure), [o] (postérieure)

peur, porc
[œ] (antérieure), [ɔ] (postérieure)


Remarquez que lorsque vous passez d'un son vocalique à l'autre à l'intérieur d'une paire, vous avez la sensation que la lame de votre langue (partie juste à l'arrière de la pointe de la langue), étant en contact avec le palais, se déplace vers l'arrière de la bouche ou vers l'avant, le cas échéant.

À quelques autres reprises, prononcez les sons vocaliques de chaque paire, une paire à la fois, et vous devriez être en mesure de remarquer que le lieu d'articulation du premier son vocalique est bien plus vers l'avant et que le lieu d'articulation du deuxième est bien plus vers l'arrière.

La technique que nous avons utilisé précédemment pour découvrir comment prononcer les voyelles avec lesquelles nous ne sommes pas familiarisés peut s'appliquer aussi à ces voyelles. Elle peut nous permettre de trouver comment prononcer, par exemple, les voyelles centrales [ʉ], [ɵ] et [ɞ].

Bien que ce ne soit pas aussi facile à faire cela pour ces voyelles (du moins, pour ma part), c'est tout à fait faisable.

Prononcer les voyelles de la langue cible

À ce stade, vous avez les connaissances requises pour apprendre comment prononcer les voyelles dans la langue cible. Voici comment vous pouvez y parvenir:

Si vous ne l'avez toujours pas fait, commencez à prendre conscience de votre bouche qui s'ouvre et se ferme et de votre langue qui se déplace vers l'avant ou l'arrière lorsque vous prononcez certaines voyelles.

Ceci sera l'élément-clé afin de prononcer avec précision ces voyelles avec lesquelles vous avez du mal dans langue cible.

Deuxièmement, trouvez des transcriptions phonétiques fiables de mots ou de séquences de mots en français ou dans votre langue maternelle si ce n'est pas le français.

Étrangement, Wikipédia (en anglais) contient des transcriptions bien plus fiables que la plupart des premiers résultats du moteur de recherche Google lorsque vous recherchez "accurate phonetic transcription". Ce que je vous suggère de faire c'est de cliquer sur les voyelles, individuellement, de ce triangle vocalique.

En cliquant sur une des voyelles de ce triangle vocalique, vous aboutirez sur une page. La page sera en anglais, mais vous n'avez nullement besoin de lire le contenu de cette page de toute façon.

Défilez vers le bas et vous trouverez une liste de langues et à côté de chacune, vous aurez des transcriptions phonétiques fiables. Les transcriptions phonétiques sont écrites entre crochets [ ]. Attardez-vous seulement sur les transcriptions des langues que vous connaissez pour le moment.

Lisez ces transcriptions et par la suite, commencez à associer chaque caractère phonétique de ces transcriptions au son phonétique auquel il correspond. Vous pouvez faire les voyelles pour l'instant mais dès que vous aurez lu sur les consonnes sur cette page, vous pourrez procéder à l'apprentissage des consonnes aussi.

Apprendre ces voyelles devrait être simple puisque vous connaissez déja leur prononciation.

En apprenant à quel son vocalique ces caractères sont associés, vous construirez la base dont vous aurez besoin pour apprendre comment prononcer les autres voyelles.

Bien entendu, la prochaine étape est de trouver des transcriptions phonétiques fiables de mots ou séquences de mots dans la langue que vous apprenez.

Alors, à partir de ces transcriptions, vous pourrez voir quelles sont les voyelles qui sont présentes dans cette langue et vous pourrez voir où elles sont situées dans le triangle vocalique, si vous ne les connaissez pas.

Finalement, grâce à la base que vous aurez construite, vous serez en mesure d'utiliser les techniques enseignées sur cette page afin de découvrir comment prononcer ces voyelles dont vous n'aviez pas connaissance préalablement.

Voilà ce qui conclut la section sur les voyelles. Les notions de base des sons vocaliques ont été abordées et à présent, vous avez les connaissances requises pour commencer à apprendre ces voyelles méconnues sans que personne ne vous les montre.

Comment prononcer les consonnes

Il est maintenant temps de regarder les consonnes. Ci-dessous se trouve ma propre représentation du tableau de consonnes, ou plus précisément, du tableau de consonnes pulmoniques.

Il ne fait pas la liste de toutes les consonnes, j'ai omis les consonnes co-articulées, et les consonnes non pulmoniques que j'ajouterai peut-être plus tard.

Le tableau actuel fait la liste de presque toutes les consonnes pulmoniques. S'il manque des consonnes ou s'il y a quelque chose d'inexacte, veuillez s'il vous plaît m'en informer.

Le voici:

Tableau des consonnes de l'API
Cliquez ici pour agrandir l'image

Afin d'apprendre comment prononcer les consonnes de la langue cible qui vous causent problème, vous devrez en apprendre sur ces deux concepts: le mode d'articulation et le lieu d'articulation.

La plupart, voire toutes les consonnes, ont chacune un mode et un lieu d'articulation.

Le premier, le mode d'articulation, vous informe sur la façon dont les consonnes sont produites; il vous dit quelle sorte de mouvement vous devez faire avec votre appareil phonatoire (lèvres, langue, cordes vocales, etc.). De différents mouvements feront en sorte que l'air s'échappe de différentes façons.

Par exemple, en produisant les consonnes nasales, l'air s'échappe du nez. Pour ce qui est des occlusives, l'air est expulsé d'un seul coup, telle une explosion, et en produisant les fricatives, le débit d'air est continuel mais bloqué partiellement.

Le deuxième, le lieu d'articulation, n'est pas moins important. Il vous informe sur quelles parties de votre appareil phonatoire utiliser et où les poser. La langue joue un rôle très important, donc nous examinerons son positionnement. Toutefois, les lèvres et la gorge sont tout aussi importantes pour certaines consonnes, alors nous les examinerons aussi.

Comme vous pouvez voir dans le premier tableau de la Figure 1 (que j'ai reproduit ci-haut en français), les consonnes sont classifiées selon leur mode et leur lieu d'articulation.

Le titre de chaque rangée est le mode d'articulation: Nasales, Occlusives, Fricatives, Spirantes, etc.

Le titre de chaque colonne représente le lieu d'articulation: Bilabial, Labio-dental, Dental, Alvéolaire, etc.

Nous n'entrerons pas dans les détails de chacun d'eux. Ce qu'on fera c'est d'apprendre suffisamment à leur sujet afin de devenir capable d'apprendre comment prononcer presque n'importe quelle consonne correctement dans la langue cible.

De nouveau, j'ai dit « presque n'importe quelle » puisque, tout comme pour les voyelles, certaines consonnes ont des caractéristiques spéciales qui sont représentées dans l'API par les signes diacritiques, que je ne discuterai que brièvement à la fin de cette page.

Commençons par les modes d'articulation.

Les modes d'articulation

Cette portion sera un peu compliquée à expliquer parce que le parler parisien n'a pas tous les modes d'articulation.

Lorsqu'il n'y aura pas d'exemple concret dans le parler parisien, j'opterai pour une description du mode d'articulation. Et pour certains modes, je mettrai un exemple dans une autre langue.

Bon, procédons du haut vers le bas.

Nasales

Premièrement, il y a les consonnes nasales.

La particularité de ces consonnes c'est que lorsque nous les produisons, il y a de l'air qui sort par le nez. Prenons le [m] et le [n] par exemple. Ces consonnes sont assez communes dans les langues and elles se retrouvent certainement en français.

Prenons un mot qui commence par M en français tel que mine.

Prononcez seulement le M dans le mot mine et n'arrêtez pas; prononcez-le continuellement et tendez votre doigt près de l'entrée de vos narines et vous sentirez que de l'air en sort.

Cela indique qu'il y a un élément de nasalité dans cette consonne.

Pour les consonnes non nasales, il se peut qu'un peu d'air sorte des narines mais le débit d'air est plus intense chez les consonnes nasales (et chez les voyelles nasales d'ailleurs).

Passons aux occlusives.

Occlusives

Il y a pas mal d'occlusives en français.

Essentiellement, ce sont des consonnes où l'air est bloqué au lieu d'articulation afin d'accumuler de la pression et est, par la suite, relâché en un instant.

Il ne suffit que de prononcer des mots qui commencent par D, B ou K et remarquez qu'il y a une impulsion d'air qui est éjectée lorsque vous prononcez ces lettres.

Voici quelques mots pour faire le test: pipe, coupe et botte.

Sibilance

Sur le tableau, la sibilance n'est pas un mode d'articulation à part, mais c'est quelque chose qui caractérise certaines affriquées et certaines fricatives, que l'on verra par la suite. Les consonnes sibilantes sont distinctes; leur son est plus fort et à une fréquence plus élevée.

Le son de haute fréquence est très similaire au bruit blanc de la télévision (neige). Vous n'avez qu'à prononcer un S très long et vous comprendrez ce qu'est une consonne sibilante.

Affriquées sibilantes

Les affriquées peuvent être considérées comme une combinaison de deux sons qui sont prononcés simultanément ou presque. Souvent, dans les transcriptions phonétiques, les deux sons sont joints par une ligature tirant: [ ͡   ].

Dans les affriquées sibilantes, c'est normalement le son qui est à la droite qui est sibilant. Voici deux exemples d'affriquées sibilantes: [t͡s] et [d͡z].

Heureusement, mon dialecte natal, le français québécois possède ces deux sons, alors je peux vous les montrer dans le mot étudie qui se transcrit [et͡syd͡zi] en phonétique. Le t dans tu est prononcé [t͡s] et le d dans die est prononcé [d͡z].

Vous pouvez entendre ce mot ici:

Affriquées non sibilantes

Contrairement aux affriquées sibilantes, le son à la droite dans les affriquées non sibilantes ne comporte pas de sibilance.

Le meilleur exemple que j'ai pu trouver d'une affriquée non sibilante se trouve en anglais new-yorkais. Si vous avez la chance, remarquez comment les locuteurs de ce dialecte prononcent le mot tooth 'dent'. Le th à la fin se prononce [t̪͡θ]. Essayez d'écouter Adam Sandler parler dans un film en anglais.

Fricatives sibilantes

Ensuite, il y a les fricatives.

La caractéristique qui distingue les fricatives des autres consonnes c'est que, lors de leur prononciation, le débit d'air est bloqué partiellement au lieu d'articulation de manière que seulement un peu d'air sort.

En restreignant le débit d'air, de la friction se crée entre l'air éjecté et l'appareil phonatoire ce qui cause le type de son particulier aux fricatives.

Les fricatives sibilantes sont caractérisés par des sons plus forts et de plus hautes fréquences que les fricatives non sibilantes. Ce sont des sons comme ceux dans le mot sage.

Pour bien entendre les consonnes fricatives sibilantes, ne prononcez pas le mot en entier mais plutôt arrêtez-vous sur les lettres en caractères gras et maintenez le débit d'air sur ces lettres pendant quelques secondes afin de pouvoir entendre ces consonnes clairement.

Fricatives non sibilantes

Les fricatives non sibilantes sont essentiellement les mêmes, sauf que le son n'est pas aussi fort, et la fréquence, pas aussi haute.

Pour entendre cette différence, comparez les deux sons fricatifs sibilants de sage avec le f de flute et le r de riz.

Spirantes

Les spirantes peuvent être considérées à mi-chemin entre voyelles et fricatives.

Lors de la production d'une spirante, l'air circule doucement au travers de l'appareil phonatoire de manière à ce que très peu de friction soit générée.

Voici deux spirantes en français: [ɥ], souvent représentée par la lettre H et [j] représentée par Y.

Des exemples de mots avec ces spirantes sont huile et yak.

Remarquez la mesure dans laquelle le débit d'air traverse doucement le lieu d'articulation lorsque vous prononcez ces mots.

Battues

Les battues sont similaires aux occlusives mais la battue est le produit d'une brève explosion avec une faible accumulation de pression au lieu d'articulation et, en conséquence, le temps de contact est généralement plus court.

Si on les compare aux battues, plus de pression est accumulée pour produire les occlusives ce qui se traduit par une tendance d'y avoir un temps de contact plus long, particulièrement avant que le son soit produit.

Cela n'est pas possible chez les battues; la durée du temps de contact est environ équivalente à la durée du son.

Au meilleur de ma connaissance, il n'y a pas de battues dans le parler parisien mais si vous avez déjà entendu une variété de l'anglais américain, vous avez probablement déjà entendu la consonne battue [ɾ].

Elle est présente dans des mots comme bedding et pity:


bedding

pity


Roulées

Les consonnes roulées ont presque la même caractéristique que les battues mais au lieu d'une seule explosion au point d'articulation, c'est une série d'explosions qui a lieu.

Il n'y a pas de roulées dans le parler parisien mais si vous avez déja entendu l'espagnol, vous avez peut-être remarqué que certains de leurs R sont roulés.

L'exemple classique de la roulée en espagnol se retrouve dans le mot carro. Elle est representée par [r].

L'air continue de circuler lorsqu'on produit les roulées, contrairement aux battues.

Latérales

La caractéristique essentielle des consonnes latérales c'est que le débit d'air passe par les côtés (de la langue, normalement) lorsqu'on les prononce.

Si votre langue maternelle utilise l'alphabet latin, il y a de bonnes chances que le L dans votre langue soit une latérale.

La seule latérale qu'on retrouve dans le parler parisien, à ma connaissance, c'est le [l], représenté par la lettre L.

Lisez le mot île, garder le débit d'air sur la lettre L et vous devriez sentir de l'air qui passe par les côtés de la langue.

Les lieux d'articulation

Je vous donnerai maintenant quelques informations à propos des divers lieux d'articulation des consonnes dans les langues.

Pour des raisons de commodités, revoici le tableau des consonnes:

Tableau des consonnes de l'API
Cliquez ici pour agrandir l'image

Les consonnes voisées et sourdes

Avant de commencer, je voudrais que vous portiez votre attention sur le fait que chaque section de lieu d'articulation dans le tableau est divisée en deux colonnes (il n'y a pas de ligne divisant les deux colonnes mais il y a clairement des paires de consonnes qui sont visibles).

En regardant l'image ci-dessus, vous verrez des paires comme [p] et [b], [f] et [v], [ʃ] et [ʒ].

Les consonnes dans chaque paire représentent essentiellement le même son à l'exception d'une différence cruciale; la consonne à la gauche est sourde, ce qui signifie que les cordes vocales ne sont pas utilisées pour la produire, et celle à la droite est voisée, ce qui signifie que les cordes vocales sont utilisées pour la produire.

Maintenant, prononcez les paires de mots ci-dessous mais ne les prononcez pas complètement; arrêtez-vous sur les lettres en caractères gras et n'arrêtez pas le débit d'air pendant un moment (sauf pour P et B puisque ce n'est pas pratique).

Vous devriez remarquer le contraste entre les deux sons différents dans une paire:


font     vont

chou     joue

part     bar


Comme vous pouvez le constater, lorsque vous garder un débit d'air continuel pendant une seconde sur le F de font et vous faites la même chose avec le V de vont, vous constaterez que les cordes vocales ne sont pas utilisées pour le F tandis qu'elles le sont pour le V. Autrement, ces deux sons seraient le même.

Bilabial

Les bilabiales sont des consonnes produites en utilisant à la fois la lèvre du haut et celle du bas.

Lisez ce mot à voix haute et remarquez la façon dont vous faites utilisation de vos lèvres pour prononcer les lettres en caractères gras: piment.

Labio-dental

Les labiodentales sont aussi assez simples; elles sont prononcées en utilisant à la fois la lèvre du bas et les dents du haut.

Des exemples de ces sons en français sont pratiquement dans tous les mots qui contiennent les lettres F et V. Prononcez le mot faveur et remarquez le lieu d'articulation.

Linguo-labial

Les linguo-labiales sont produites en utilisant à la fois la langue et la lèvre supérieure. Il y a très peu de linguo-labiales connues dans les langues et je ne connais pas de langue qui en a.

Cependant, je peux tout de même vous montrer comment les produire. Essayons de prononcer le son [].

Faites comme si vous alliez faire la lettre p. Vous remarquerez que vos deux lèvres sont en contact. Maintenant, remplacez votre lèvre inférieure par le bout de votre langue, et faites le p de cette façon. Le résultat devrait être la linguo-labiale [].

Dental

Certaines langues ont des consonnes dentales où seulement la langue et les dents sont utilisées.

Le parler parisien n'a pas de ces consonnes mais l'anglais en a deux: [θ] et [ð]. Les mots thumb et this en anglais ont chacun une consonne dentale.

Alvéolaire

Le lieu d'articulation des consonnes alvéolaires est situé près de la crête alvéolaire qui se trouve entre la portion supérieure de l'arrière des dents du haut et le palais, comme vous pouvez le voir sur cette image:

Consonnes alvéolaires

Prononcez les mots tout et zoo et vous sentirez que le son proviendra de l'endroit montré sur l'image.

Palato-alvéolaire

Le lieu d'articulation des palato-alvéolaires est situé un peu plus profondément dans la bouche que les alvéolaires:

Consonnes palato-alvéolaires

Au moins deux palato-alvéolaires sont présentes dans le parler parisien et celles-ci sont le [ʃ], présent dans un mot comme chat et le [ʒ], présent dans un mot comme jaune.

De nouveau, je vous invite à conserver votre débit d'air lorsque vous prononcez les lettres en caractères gras de chaque mot afin de remarquer la plus grande profondeur du lieu d'articulation, comparé aux alvéolaires.

Rétroflexe

La particularité des consonnes rétroflexes c'est que la langue se recourbe sur elle-même légèrement afin de les produire.

Il n'y en a pas dans le parler parisien.

Imaginez que vous faites un T ou un D en plaçant votre langue un peu plus profondément que la normale sur le palais et en la recourbant un tout petit peu sur elle-même. C'est plus ou moins ce qu'est une rétroflexe.

En fait, si vous avez déja entendu Apu dans les Simpson en anglais, vous l'avez sans doute entendu prononcer les rétroflexes [ʈ] et [ɖ].

Mieux : voici un court extrait d'Apu provenant de YouTube:

Alvéolo-palatal

C'est ici que ça commence à se corser puisqu'il devient de plus en plus difficile de sentir les endroits dans la bouche qui sont à cette profondeur et puisqu'il n'y a pas d'alvéolo-palatales dans le parler parisien à ce que je sache.

La meilleure façon de vous montrer ce quelles sont c'est de vous inviter à prononcer un son qui vous est connu comme le ch dans chat ([ʃ]) et au lieu de le prononcer de la façon usuelle, déplacez votre langue un peu plus loin sur le palais ce qui devrait faire en sorte que vous prononciez l'alvéolo-palatale [ɕ].

Voyez l'image ci-dessous pour le lieu d'articulation:

Consonnes alvéolo-palatales

Une des mes amies suédoises a accepté d'enregister sa voix afin de nous montrer ce qu'est une alvéolo-palatale. La voici qui prononce le mot suédois tjej qui contient la consonne alvéolo-palatale [ɕ], représentée par les lettres tj :

Comme vous pouvez l'entendre, ce son est très similaire au ch du français.

Palatal

Nous aboutissons maintenant à une telle profondeur dans la bouche que les parties comme l'arrière de la langue commencent à être utilisées pour produire les sons. Les palatales sont produites à cet endroit:

Consonnes palatales

La spirante [j], qui se trouve dans le mot yak, est palatale. Remarquez que c'est la partie arrière de la langue qui entre en contact avec le palais lorsque vous prononcez le Y dans ce mot.

Vélaire

Le parler parisien contient deux vélaires qui sont fréquemment utilisées (représentées par K, G, Q et C) alors il devrait être assez simple d'apprendre ce qu'est le lieu d'articulation de ces consonnes. Le lieu d'articulation est indiqué ici:

Consonnes vélaires

Lisez à voix haute le mot quiconque, contenant la vélaire [k], pour connaître le lieu d'articulation des vélaires.

Uvulaire

Un peu plus profondément dans la bouche se trouve la luette (le petit truc qui pend du haut dans le fond de la bouche) qui est utilisée pour produire les consonnes uvulaires.

La voici:

Consonnes uvulaires

Il y en a deux dans le parler parisien et celles-ci sont le [ʁ] qu'on retrouve dans roux et le [χ] qu'on retrouve dans le mot lettre.

Pharyngale et Epiglottal

Nous procédons maintenant encore plus loin dans le conduit vocal et nous atteignons un lieu où seulement la racine de la langue atteint, du moins, dans les cas normaux.

Les pharyngales sont produites dans l'espace délimité en rouge:

Consonnes pharyngales

Je ne suis pas encore familiarisé avec une langue qui possède des consonnes pharyngales, mais il semble que certaines langues de la famille afro-asiatique les ont.

Les consonnes pharyngales sont produites avec soit le pharynx, soit l'épiglotte (dépendamment de la consonne), qui se trouvent littéralement dans la gorge.

Glottal

La glotte est encore plus profonde que le pharynx et l'épiglotte dans la gorge. Vous pouvez voir où les consonnes glottales sont produites ici:

Consonnes glottales

Cette partie, comme il vient d'être mentionné, est utilisée afin de produire le h en anglais: [h].

Si vous en êtes capable, prononcez correctement le mot hi en anglais et remarquez la profondeur à laquelle ce son est produit.

Les autres sons glottaux trouvés dans d'autres langues viennent aussi ce cet endroit.

Les autres caractères

Autres caractères de l'API

Finalement, je vous donnerai un bref aperçu des autres caractères de l'API.

Les transcriptions phonétiques et phonémiques

Premièrement, les transcriptions phonétiques sont toujours écrites entre crochets [ ] et jamais entre barres obliques / /.

Cela dit, les transcriptions entre barres obliques se retrouvent partout sur le Web et dans bien des dictionnaires.

Soyez vigilant...

Ce ne sont pas des transcriptions des sons que vous entendez; ce sont des choses entièrement différentes qui s'appellent des transcriptions phonémiques.

Bien que la phonologie me fascine, à mon avis, d'utiliser des transcriptions phonémiques n'est pas la meilleure approche pour apprendre comment prononcer les sons d'une langue puisque vous devez apprendre les règles de phonologie de cette langue pour comprendre ces transcriptions.

L'accent tonique

Un caractère assez important, le [ˈ], est utilisé fréquemment dans les transcriptions phonétiques de base pour indiquer l'accent tonique.

Bien qu'en français l'accent tonique ait peu d'importance au niveau lexical (la dernière syllabe est toujours celle qui est accentuée dans le parler parisien dans un mot isolé), il y a des langues où l'accent tonique est nécessaire pour la compréhension.

Il y a aussi l'accent tonique secondaire représenté par [ˌ].

Ces caractères sont écrits à la gauche de la syllabe qui est accentuée afin de l'indiquer comme telle.

Le mot école s'écrirait comme cela: [eˈkɔl], la syllabe accentuée étant la dernière, cole.

La durée des voyelles

Le deux-points [ː] est utilisé pour indiquer qu'une voyelle est longue.

Il est ajouté à la droite de la voyelle étant plus longue que la normale comme le mot rose dans laquelle le o est long: [ʁoːz].

Les tons

Les tons sont une chose très complexe à saisir si vous ne parlez pas de langues à tons mais il est très important de savoir comment les lire/écrire si vous apprenez une langue à tons comme le mandarin ou le thaï.

Dans les transcriptions en mandarin, ils sont typiquement indiqués en écrivant le contour de ton à la droite de la syllabe sur laquelle le ton est appliqué.

Comme vous pouvez le voir sur la Figure 1 en anglais, les « contour tones » sont des caractères comme [˧˥] et [˥˩].

Les signes diacritiques

Finalement, les signes diacritiques sont de petits caractères (comme des lettres) qui sont utilisés pour attribuer une caractéristique particulière à un son phonétique.

Les signes diacritiques peuvent se retrouver à bien des endroits possibles autour d'un caractère phonétique.

Dans les transcriptions phonétiques de base, leur usage est restreint mais ils sont tout de même importants dans certains cas donc vous pouvez vous référer à la Figure 1 pour savoir ce qu'ils indiquent, lorsque nécessaire.

Conclusion

Bon, alors, c'est ce qui conclut cette page expliquant comment prononcer avec la phonétique.

Ça pourrait vous sembler être beaucoup d'informations à absorber mais sachez que la phonétique est un domaine vaste et que ce que je vous ai fourni ici sont des notions fondamentales ainsi que des techniques vous permettant d'améliorer votre prononciation de la langue.

Vous n'avez pas besoin de mémoriser quoi que ce soit; vous devez seulement comprendre les concepts et savoir que, lors de l'apprentissage d'une langue, vous pouvez toujours revenir à cette page à tout moment et relire les notions qui s'appliquent à cette langue.

De plus, vous pouvez toujours me poser des questions au sujet de la phonétique que je m'efforcerai de répondre de mon mieux.